Evénements

« Carlo Di Antonio flirte avec le conflit d’intérêt » – Réaction du groupe PS dourois

commune-dourCommuniqué de presse du 21 mars 2016

Le groupe PS dourois réagit à la  publication de l’article « Carlo Di Antonio flirte avec le conflit d’intérêt » publié ce lundi 21 mars dans les colonnes du journal « L’Avenir ».

Fin avril 2014,  Carlo Di Antonio,  alors ministre wallon des Travaux Publics et des Routes en affaires courantes, signe  seul un arrêté relatif à l’expropriation de biens immeubles liés au contournement de Dour.

Les éléments rapportés par les journalistes sont interpellants quant à la motivation particulière ayant conduit le Bourgmestre en titre à poser cet acte en toute fin de législature.

Faute éthique: certainement !

Le groupe PS dourois déplore que le contexte particulier évoqué par l’enquête sème le doute, alimente la suspicion au sein de notre population. Cela donne de l’eau aux moulins des citoyens désabusés qui perdent d’avantage confiance , qui s’éloignent de la politique et de la gestion de l’intérêt collectif

En 2006, en devenant bourgmestre de Dour, Carlo Di Antonio avait fait de la bonne gouvernance l’un de ses chevaux de bataille!

Bien des questions se posent aujourd’hui sur son mode de fonctionnement à propos duquel toute la transparence doit être faite.

Le groupe PS souhaite que la majorité DR+ sorte de son mutisme et s’explique sur les circonstances qui ont amené Di Antonio à signer lui même un arrêté ministériel dans un dossier où ses intérêts personnels étaient en jeu.

En effet, tel que rapporté par la presse, cet arrêté d’expropriation viole le principe d’impartialité.

Il pourrait être contesté en justice puisqu’il est question d’irrégularité susceptible de remettre en cause le dossier en raison du conflit d’intérêt évident qui obligeait le « ministre -bourgmestre – propriétaire de terrains concernés par la procédure » à se déporter!

Le Groupe PS posera une question orale sur le sujet lors de la toute prochaine séance du conseil fixée ce jeudi 24 mars.

Faute politique, potentiellement pénale ?

Le groupe PS dourois ne souhaite pas prendre attitude sur le sujet. Il appartiendra aux autorités judiciaires et aux instances compétentes d’exercer leur mission de contrôle en enquêtant sur ce geste que l’intéressé se borne pour l’heure à qualifier de maladroit !